Escortes des convois exceptionnels : nouvelle activité pour la sécurité

Les convois exceptionnels sont accompagnés d’une escorte qui s’assure le trajet se passe bien. Être guideur de convois exceptionnels est un métier à part entière. Il est accessible à tous sous certaines conditions. Ce métier est réglementé. Voici des détails concernant le métier d’escorte de convois exceptionnels.

Devenir guideur professionnel

Les motards peuvent exercer le métier de guideur de convois exceptionnels. Mais, il est important de respecter les conditions légales qui régies ce métier. Pour devenir un guideur, il faut avoir plus de 21 ans. Le candidat doit disposer d’un permis A (moto de plus de 34 chevaux) et d’un permis B (voiture). Les deux permis exigés doivent être en période probatoire. Il est nécessaire de suivre une formation professionnelle pour pouvoir exercer le métier de guideur. D’un autre côté, vous devez suivre une formation aux premiers soins. Vous avez besoin de faire une visite médicale pour savoir si vous êtes apte à travailler en tant que guideur.Avoir une solide expérience en moto est un point fort. Les fonctionnaires des services actifs de la police nationale et les militaires de la gendarmerie nationale ayant cessé leur activité peuvent devenir guideur de convois exceptionnels. Ils sont dispensés de la formation.

Les missions d’escorte de convois exceptionnels

Si vous souhaitez exercer le métier de guideur, votre principale mission est de s’assurer que le trajet des convoisexceptionnels se déroule sans encombre. Le convoi doit arriver à sa destination dans le respect de la réglementation du Code de la route. D’ailleurs, il est important de prendre en compte l’arrêté par les services de la D.D.E. Être guideur professionnel, c’est assurer l’accompagnement des transports exceptionnels pour un déplacement en toute sécurité peu importe le nombreux de véhicule qui compose le convoi. Une équipe de guideurs escorte le convoi exceptionnel jusqu’à endroit indiqué sur l’itinéraire. Deux guideurs par véhicule pour s’assurer que tout se passe bien. Si le trajet est trop long, le convoi doit faire jusqu’à 350 km par jour maximums. Le guideur peut être amené à travailler de nuit.

Escorte de convois exceptionnels

Le guideur passe de longuesheures sur la route. Il avance au même rythme que le véhicule qu’il escorte. Il utilise généralement une moto de plus de 34 chevaux afin de travailler dans de bonnes conditions. Les routières sont parfaites pour les guideurs de convois exceptionnels des forces de l’ordre. Ils offrent les conforts dont ils ont besoin. L’utilisation d’un système de communication est indispensable pour les guideurs. Pour travailler en toute sécurité, les guideurs doivent porter des tenus permettant de les distinguer plus facilement.

Accompagnement par un service de police en cas de franchissement d’un pont
Transport exceptionnel pour les œuvres et les musées